D’où vient le nom de… la place et des ruelles environnantes

Depuis le 06 Septembre 2014 la place de l’Eglise porte désormais le nom Place Christian de Bartillat,  écrivain , éditeur, fondateur des presses du village et ancien maire d’Etrepilly.

A l’emplacement de la place de l’Eglise que nous connaissons aujourd’hui, s’étendait le cimetière qui continuait derrière l’église du côté de la rue du Maréchal. Un puits était situé du côté est de l’église ainsi que deux maisons. Sur le côté ouest était bâtie une maison qui continuait la rue du Maréchal. Un peu plus loin, au niveau du Château de Longvilliers, il y avait une ferme.

Pendant des siècles, l’environnement changea peu. En 1827, la ferme brûla et le Château de Longvilliers fut édifié à son emplacement. En 1832, l’épidémie de choléra sévit à Etrépilly, comme presque partout en France. Le Conseil Municipal vota le transfert du cimetière à sa place actuelle, et pendant quelques années, l’ancien et le nouveau cimetière coexistèrent. La mairie fut construite en 1853 et l’école en 1884 à l’emplacement de l’ancien presbytère. Les deux maisons côté est furent démolies en 1911 et celle rue du Maréchal après 1914.

La place de l’église fut également nommée Place du Général de Gaulle peu de temps après la libération. La vallée de l’école s’appela la Vallée du Curé en 1835 puis Ruelle de l’Ecole (1840). La rue du Maréchal dû son nom à la maréchalerie qui y était située. En 1940 elle s’appela ruelle du Maréchal ou de l’Ancienne Ecole en 1840 (l’école se trouvant dans cette rue) et elle comprenait l’actuelle rue de l’église.

valle de lglise 

Vallée de l’église

(fond de la vallée numéro 9 au début du siècle)

La place de l’église au milieu du 20ème siècle 

place mairie

D’où vient le nom de… la rue du Colonel Dubujadoux

dubujadoux_1_400x258 Autrefois appelé rue de Montifaux ( en 1807,1808,1809,1823…), puis rue de Monte-il-faut (en 1833,1835, 1860,1911…).

Une majorité de personnes pensent que le nom rue de Montifaux est en relation avec le cimetière, car d’après eux, il faudrait « monter la côte » pour rejoindre sa dernière demeure !

Bien que pertinente, cette interprétation est fausse. En effet, à cette époque, le cimetière se situait sur une partie de la place et derrière l’église. Il ne fut déplacé qu’en 1932 par un arrêté de police du 27 avril, suite à l ‘épidémie de choléra qui sévit cette année là (54 décès du 23 avril au 11 juin 1832). Dans les années 1835/1840, on parlait du nouveau et de l’ancien cimetière.

Parfois nommé route de Vincy, cette rue a reçu le nom de rue du Colonel Dubujadoux lors d’un conseil municipal le 2 novembre 1929, en mémoire de l’héroïque Colonel (cliquez pour lire l’article sur le Colonel DUBUJADOUX).

D’où vient le nom de… la rue du Pont des Planches

pont des planches_150x122 Nommé ainsi depuis fort longtemps (1814, 1835, 1840), le pont était en planches avant 1842, date probable de sa reconstruction (dans un plan de 1814, il y est très bien stylisé). 

La rue a été débaptisée en 1927 pour s’appeler rue Paul Bernier, nom d’un donateur de la commune, mais finalement vers 1970 la rue a repris son nom d’origine.

Ce pont en pierres enjambe la Thérouanne non loin de l’église. Il comprend deux arches et est bordé par un parapet. Une inscription indique sa date probable de construction. De l’autre côté du pont, les saules laissent apercevoir l’ancien moulin du pont des planches.